En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Soutenance de Sandra Renou

 

Enquête sur les dispositifs d'action collective des entreprises

Thèse de doctorat ès sciences de gestion soutenue le 30 novembre 2020 à 14h30, en vision conférence

 

Résumé :

La dimension collective est devenue une réalité stratégique centrale pour les entreprises, notamment aujourd'hui en matière de développement durable et de transition.  Ces actions reposent principalement sur dispositifs d'action collective. Ces organisations, situées à l'interface entre les entreprises et l'Etat, mènent des stratégies hors-marché, et soutiennent les stratégies de RSE et les activités politiques des firmes qui en sont membre. Sur le plan empirique, elles peuvent prendre des formes multiples, traditionnelles ou plus modernes, ce qui compliquent notre compréhension du phénomène. Des concepts théoriques, comme celui de méta-organisation, définie comme une organisation dont les membres sont des organisations, permettent d'appréhender ces formes organisationnelles d'action collective entre entreprises. Si ces concepts peuvent aider à comprendre certaines propriétés de l'objet d'étude de cette thèse, ils ne sont néanmoins pas suffisants pour en reléter la grande diversité, en expliquer la dynamique ou encore en saisir le fonctionnement interne. C'est lo'objectif de ce travail doctoral ui porte sur l'étude de dispositifs d'action collective des entreprises, notamment les syndicats professionnels. Les cas présentés dans cette thèse se rapportent à deux secteurs, les énergies renouvelables et l'agroalimentaire biologique. S'inscrivant dans une démarche compréhensive et aussi interdisciplinaire (histoire, économie, sciences politiques, théorie des organisations), ces études de cas visent à donner une vue synoptique du phénomène et à élaborer les éléments d'une théorie des dispositifs organisant l'action collective entre entreprises. Elle montre que ces dispositifs reposent sur une gouvernance originales, qui mêle principes de hiérarchie et d'hétérarchie; elle analyse leur dynamique (émergence, croissance, mise en sommeil, scissions) à partir d'un modèle de coûts ; elle étudie leurs modes d'action qui articulent savoir et pouvoir et participents de la construction d'un secteur et de son action en lien avec les pouvoirs publics.

 

Mots clés : Stratégies collectives, Stratégies hors-marché, Méta-organisations, Syndicats professionnels, Dispositifs d'action collective des entreprises, Transition

Composition du jury :

Annie BARTOLI Université Versaille Saint Quentin Examinatrice
Jean-Philippe BONARDI Université de Lausanne Examinateur
Hervé DUMEZ CNRS, Ecole Polytechnique Directeur de thèse           
Xavier LECOCQ Université Lille 1 Rapporteur
Jérôme MERIC Université de Poitiers Rapporteur
Madina RIVAL Conservatoire des Arts et Métiers Examinatrice