En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Soutenance de Mathias Guérineau

Des modèles de diffusion et de transfert de l’innovation à celui de déploiement : une conceptualisation nouvelle de la phase aval des processus d’innovation des firmes multinationales

Thèse de doctorat ès sciences de gestion présentée et soutenue à Palaiseau, le 11 décembre 2017 à 9h15 à l’ENSTA

 
Résumé:

Dans un contexte de mondialisation accrue et d’apparition de nouvelles forces issues des marchés dits émergents, les firmes multinationales (FMNs) ont développé des stratégies d’innovation novatrices. C’est en particulier au niveau des processus d’innovation que s’est opérée une des transformations les plus importantes. Elles doivent aujourd’hui faire face à une multiplication des sources d’innovation en matière de recherche et de développement (phase amont du processus d’innovation). Dans le même temps, les FMNs doivent aussi saisir toutes les opportunités de commercialisation et d’appropriation des innovations à l’échelle mondiale (phase aval) à travers leur réseau de filiales. La phase amont de ce processus est par nature complexe et itérative du fait de l’intégration de connaissances multiples et dispersées géographiquement. Cette particularité du processus d’innovation des FMNs se traduit par un encastrement de l’innovation à un niveau dit local. Cet encastrement rend alors la phase aval elle aussi très complexe, ne se limitant pas à une démarche uniquement marketing. Jusqu’ici, la phase aval a été conceptualisée de manière centralisée et désincarnée d’un point de vue organisationnel à travers les concepts de diffusion et de transfert. Ces approches ne permettent pas de rendre compte des modifications du processus d’innovation des FMNs et de comprendre des phénomènes empiriques tels que par exemple l’innovation inversée ou l’innovation dite frugale. C’est à travers l’étude d’un cas unique, une grande FMN française, que nous avons exploré et analysé cette phase aval. Grâce à ce travail, nous avons défini un cadre intégrateur: le déploiement des innovations. C’est un processus qui comprend l’enchaînement des commercialisations d’une innovation par des filiales situées dans des contextes locaux différenciés et nécessitant à chaque fois son adaptation. Ce déploiement est ainsi spatial, car l’innovation est exploitée dans différentes géographies, et temporel, car les adaptations peuvent s’étendre sur une durée. Nos principaux résultats s’articulent autour de trois niveaux d’analyses. Nous étudions d'abord les projets et communautés de déploiement pour mieux comprendre l’articulation du déploiement entre l’organisation et les individus. Ensuite, nous analysons le déploiement au niveau des individus et des compétences en défendant l’idée que la FMN doit aujourd’hui penser une fonction "chef de projet déploiement" en son sein. Enfin, nous nous positionnons au niveau de la stratégie d’innovation des FMNs en mettant en perspective le rôle du siège et celui des filiales.

Composition du jury:

 
Sylvie Chevrier Professeur des Universités, Université Paris-Est Marne-la-Vallée (IRG) rapporteur
Frédéric Gautier Professeur des Universités, IAE de Paris  (GREGOR) rapporteur
Ulrike Mayrhofer Professeur des Universités, IAE de Lyon (Centre de recherche Magellan) examinateur
Pascal Corbel Professeur des Universités, Université Paris Sud (RITM) examinateur
Florence Charue-Duboc Directeur de recherche, Ecole Polytechnique-CNRS (I3-CRG) directeur de thèse
Sihem Ben Mahmoud-Jouini Professeur associé, HEC Paris (CNRS-GREGHEC) co-directeur de thèse