En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Du local au global, quelles nouvelles stratégies d’innovation pour les grandes entreprises ?

Entretien de Marine Hadengue, chercheure postdoctorale en gestion de l'innovation à i3-Centre de Recherche en Gestion. Elle est encadrée par les professeures Florence Charue-Duboc (Département MIE, École polytechnique, i3-CRG) et Sihem Ben Mahmoud-Jouini (HEC Paris, i3-CRG). Ses intérêts de recherche portent sur les nouveaux processus d'innovation des multinationales occidentales dans les économies émergentes ou en développement. Plus spécifiquement, ses travaux se concentrent sur l'innovation inverse.

Sur quel projet travaillez-vous actuellement ?

Une innovation est dite inverse si elle est d'abord adoptée dans un marché émergent avant d'être ensuite ramenée dans un marché développé (Govindarajan & Trimble, 2012 ; Immelt, Govindarajan & Trimble, 2009). Le projet postdoctoral propose d'enrichir la réflexion autour du concept d’innovation inverse en se concentrant notamment sur les choix stratégiques des entreprises en termes des processus d’innovation sur le plan international.

Le concept d’innovation inverse est souvent flou dans la littérature et les chercheurs ne semblent pas s’entendre sur une définition ou sur les critères permettant de caractériser une innovation comme inverse (Hadengue, de Marcellis-Warin & Warin, 2015 ; 2017). Cette confusion peut être attribuée à plusieurs paradoxes importants qui caractérisent l’innovation inverse. En effet, si les produits développés pour les marchés émergents répondent à des besoins propres aux consommateurs qui composent ces marchés, comment peuvent-ils également convenir aux marchés développés ? Ou encore, comment le fait de cibler des marchés émergents permet-il à des entreprises de produire des innovations disruptives, alors également commercialisables dans les marchés avancés ? Quelles adaptations sont alors nécessaires (en termes de business modèle ou d'adaptations technologiques) ?

Certes, certaines innovations permettent l’élargissement des usages originels et peuvent ainsi répondre à un besoin dans le marché développé. C’est le cas par exemple de l’électrocardiographe portatif, moins cher et plus simple d’utilisation, développé par General Electric pour les zones rurales en Inde et par la suite commercialisé aux États-Unis pour les urgences et les ambulances. Mais est-ce le cas pour tous les produits ? L’exemple du réfrigérateur en terre glaise lancé par Mansukh Prajapati est un cas typique d’innovation qui n’a pu être commercialisé ailleurs qu’en Inde en raison de sa frugalité. À ces exemples devraient être ajoutées toutes les tentatives d’inversion d’innovations échouées, malheureusement pas ou peu rapportées dans la littérature.

Il apparait ainsi clairement que pour les multinationales occidentales, l’émergence des marchés à forte croissance et les changements de paradigme qui y sont liés bousculent les acquis. Se pose alors une question principale : quelles sont les stratégies et les processus d'innovation que devraient mettre en place les multinationales occidentales pour être à la fois (1) réactives au niveau local dans les marchés émergents (2) tout en assurant une intégration globale des innovations développées dans ce contexte ?

Le projet postdoctoral propose de s'intéresser à tous ces enjeux.

Govindarajan, V., & Trimble, C. (2012). Reverse innovation: a global growth strategy that could pre-empt disruption at home. Strategy & Leadership, 40(5), 5–11. https://doi.org/10.1108/10878571211257122.

Hadengue, M., de Marcellis-Warin, N., & Warin, T. (2015). Reverse Innovation and Reverse Technology Transfer: From Made in China to Discovered in China in the Pharmaceutical Sector. Management International, 19(4), 49–69.

Hadengue, M., de Marcellis-Warin, N., & Warin, T. (2017). Reverse Innovation: A Systematic Literature Review. International Journal of Emerging Markets, 12(2), 142–182.

Immelt, J. R., Govindarajan, V., & Trimble, C. (2009). How GE Is Disrupting Itself. Harvard Business Review, 87(10), 56–+.

Quelles évolutions voyez-vous pour ce projet ?

L'innovation inverse et plus généralement les stratégies d'innovation globale représentent les sujets les plus actuels et originaux du management international. En effet, la répartition géographique des innovations dans l’économie mondialisée est en train d’être bouleversée par le développement économique des pays émergents. Ainsi, il existe aujourd'hui un grand vide théorique et ce projet postdoctoral contribue à combler celui-ci.

Par ailleurs, ces recherches débouchent naturellement sur des applications directes pour les entreprises françaises et dans le monde, notamment parce que les stratégies d’innovation inverse et, plus généralement, d'innovation globale concernent toute entreprise ayant une ambition de se développer dans les économies émergentes.

Plan de diffusion des résultats 

Certains résultats de recherche ont déjà été présentés à la European International Business Academy (EIBA) Conference. D'autres résultats seront présentés à la Innovation and Product development Conference (IPDMC) et à la conférence Atlas-AFMI et potentiellement à l'Association internationale de management stratégique (AIMS) et à R&D Management (en attente des décisions).

Trois articles scientifiques sont en rédaction/peaufinage.

 

https://www.linkedin.com/in/marine-hadengue-19036919/

 

Propos recueillis par Marie Claude Cléon