En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Métiers de la physique

On peut séparer les métiers de la physique en deux grandes catégories :

La première concerne les activités où la physique est centrale, à la fois pour les méthodes et pour les objets étudiés, et est souvent reliée à la recherche et au développement en milieu académique ou industriel. On peut citer l'électronique, l'informatique, l'optique, l'opto-électronique, la physique atomique et la physique de l'infiniment petit (particules élémentaires) et de l'infiniment grand (cosmologie, astrophysique). Certaines de ces activités peuvent réclamer des connaissances pluridisciplinaires. Le domaine du génie nucléaire recouvre par exemple à la fois des problèmes de physique fondamentale comme les réactions nucléaires, et des problèmes non triviaux de génie des matériaux. Du génie nucléaire, on peut passer au domaine plus général de l'énergétique où les physiciens jouent également un rôle central, par exemple dans les questions très actuelles liées à la capture du gaz carbonique, ou dans la compétition internationale pour l'optimisation du rendement des cellules photovoltaïques. L'énergétique est ainsi un lieu où se rencontrent, entre autres, la physique, la chimie et l'économie.

La seconde catégorie concerne des disciplines où les objets qu'on manipule ne sont plus des objets physiques habituels comme des atomes ou des photons, mais où les outils de la physique (les méthodes statistiques, les équations bilans,...) restent essentiels. On peut citer les domaines de l'interface avec la biologie et les sciences du vivant avec leurs études du repliement des protéines, de la dynamique des populations ou de la génération d'encombrements sur les routes. On mentionnera aussi l'interface avec l'informatique, où les compétences du physicien dans le domaine de la modélisation sont recherchées pour développement de nouveaux logiciels, et où ses connaissances en électronique (et peut-être bientôt en spintronique) sont indispensables au progrès de la capacité de calcul. On retrouve aussi de nombreux physiciens dans les activités liées à la finance. Le savoir-faire recherché dans ce cas est la capacité à partir de données brutes, à les modéliser et à confronter le modèle à la réalité pour faire des prédictions nouvelles. Cette démarche, centrale pour un physicien et qu'on ne rencontre finalement pas si fréquemment, est en fait essentielle dans une activité de conseil ou de « consulting ».