En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Le mot du directeur

Laboratoire de Mécanique des Solides

 

 

L'objectif général du laboratoire est de proposer, construire, analyser et valider expérimentalement et numériquement des modèles thermodynamiquement consistants permettant de répondre à de grands enjeux scientifiques et techniques. En particulier, le laboratoire se veut un acteur majeur en conception, fabrication, calcul et analyse de fiabilité des milieux et matériaux hétérogènes micro ou nanostructurés, des couches minces et nano-objets, ou des tissus biologiques. Il s’agit d’étudier et de comprendre à différentes échelles les aspects de fabrication et de comportement mécanique à long terme de ces objets, aspects qui sont de plus en plus fortement liés.

Pour réaliser cet objectif, la première priorité est de pouvoir attirer et recruter au niveau international des chercheurs, enseignants chercheurs et ingénieurs de recherche, postdoctorants et doctorants créatifs, entreprenants et à fort potentiel. Le laboratoire est plongé dans un environnement très dynamique avec sa montée en puissance internationale et le développement du plateau de Saclay. Il a aussi une intense activité de formation doctorale commençant dès la première année de master.

L’accompagnement expérimental des recherches sur les interfaces, sur les microarchitectures, sur les matériaux actifs ou biologiques exige le développement et la mise au point d'essais complexes à diverses échelles, le plus souvent in situ avec plusieurs axes de chargement en simultané et une interaction temps réel avec l'analyse des déformations par imagerie à des échelles de plus en plus fine. En particulier, la croissance de nos activités sur les  polymères, sur les structures de petite dimension, sur les matériaux à grain ultra fin et matériaux TWIP repoussent les limites de notre champ d’observation microscopique actuel. Dans un parc expérimental qui se développe par une action propre et en coopération, le laboratoire participe avec ses partenaires de Paris Saclay à la plateforme de caractérisation micromécanique in-situ mise en place dans le cadre de l’equipex Matmeca.  Ce projet vient en complément de la mise en place des essais de nano objets sous environnement dans le cadre de la plateforme PLATINE construite et opérée en commun avec le LPICM et l’IFSSTAR.

L’autre action prioritaire en termes d’équipement concerne les techniques de fabrication additive. Il est en effet nécessaire de pouvoir imaginer, développer et fabriquer ses propres échantillons de matériaux et microstructures. Le laboratoire s’est équipé d’une imprimante polymères multimatériaux pour l’étude et la fabrication de matériaux microarchitecturés souples et actifs dans le cadre de l’ERC MAGNETO.  Par ailleurs, il a procédé début 2016 à l’achat d’une imprimante 3D métallique en commun avec l’ENSTA, dans le cadre d’un projet soutenu par la DGA.  Il participe enfin à l’initiative Fabrication Additive du Plateau de Saclay sur l’étude des procédés de fabrication métallique à lit de poudre et commence à investir sur les techniques de photolithographie.

Le laboratoire veut enfin rester présent sur les aspects de stockage dans les géomatériaux avec en particulier l’étude du comportement à long terme et faible charge des géomatériaux concernés.