En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Etudes doctorales

La place privilégiée de la recherche n’est pas nouvelle à l’École. Ce qui l’est davantage, c’est l’importance croissante accordée à la formation pour, et par la recherche hors des milieux institutionnels et académiques et, en particulier, dans les grandes industries. L’avenir de l’industrie européenne repose largement sur la maîtrise des technologies de pointe ; il est donc essentiel pour un pays comme la France d’attirer et de former des chercheurs compétitifs à l’échelle mondiale.
En particulier, l’harmonisation européenne de l’enseignement supérieur (processus de Bologne/dispositif LMD) semble devoir renforcer la place du doctorat comme diplôme professionnalisant de référence, place déjà bien affirmée dans d’autres pays comme l’Allemagne ou les États-Unis.
La préparation d’une thèse est un projet professionnel à part entière autant que l’ultime stade de la formation académique. Elle exige une forte autonomie, de l’audace et de la créativité, une capacité à travailler en équipe et dans un milieu international et compétitif, autant d’atouts essentiels pour le chercheur de haut niveau comme pour le futur chef de grands projets industriels. Sous le terme générique de recherche sont regroupés des aspects très variés : recherche fondamentale, recherche finalisée, recherche appliquée ; ces aspects entrent de plus en plus fréquemment en interaction et les chercheurs sont souvent amenés à passer de l’un à l’autre au cours de leur carrière.

La recherche est partagée entre les domaines privés et public, souvent en étroite coopération. Tout projet de recherche, à  commencer par la thèse de doctorat, doit apporter une avancée substantielle à une thématique précise, liée à une discipline ou un noeud de disciplines spécifiques. Le choix de cette thématique se définit progressivement à partir des départements  scientifiques et des spécialités et parcours du Master choisi. Il est primordial de bien s’informer avant de fixer son choix, non seulement en fonction de l’intérêt intrinsèque du domaine et du goût de l’étudiant, mais aussi de ses capacités, des débouchés
et perspectives du domaine, de la concurrence déjà identifiable.
 

Formation en France

Les études doctorales en France impliquent :

■ l’obtention d’un master : la seconde année (M2) du master à finalité recherche comprend génériquement des enseignements théoriques, une initiation aux techniques de recherche et un stage de recherche en laboratoire,
■ la préparation d’un diplôme de doctorat. La durée normale de préparation du doctorat est de 3 ans, consacrés à un sujet de recherche propre au doctorant et couronnés par la soutenance d’une thèse.

On peut préparer des thèses à l’étranger, tout particulièrement dans des domaines où il n’existe pas d’équivalent en France, ou des thèses en cotutelle dès lors qu’un partenariat fructueux peut s’établir entre une équipe de recherche française et un laboratoire étranger. Le choix de la thèse s’effectue au premier semestre du M2. Il comporte à la fois la définition du cadre scientifique de la thèse (sujet, directeur de thèse et laboratoire d’accueil) et celle du soutien financier ; les demandes de  financement font l’objet de procédures spécifiques qui sont effectuées parallèlement.

 

Formation recherche à l'international

Les formations de 4e année à l’international ne couvrent pas uniquement les formations de master ou d’ingénieur. Il est également possible de débuter une formation doctorale (PhD) dans un pays étranger. L’élève doit alors suivre la procédure d’inscription à une formation par la recherche. Son dossier sera examiné en Commission Hors Catalogue, laquelle vérifie la cohérence du projet de recherche associant une université d’accueil, une équipe d’accueil et un thème de recherche avec le profil académique de l’élève.

Basculer d’un MSc à un PhD est également possible, à condition que l’élève motive sa démarche et que cette modification du format de la 4e année de l’élève soit validée lors d’une session de jury de passage en 4e année. Les élèves désireux de partir suivre une formation recherche à l’international sont invités à prendre aussi contact avec la DRI.

 

Financements pendant la thèse

Les allocations de recherche :

■ Le Ministère chargé de la Recherche accorde aux polytechniciens des allocations,
■ La DGA (DSP) accorde des allocations, accessibles aux seuls élèves français, après examen d’un dossier,
■ L’École polytechnique offre les « Bourses Monge », allocations d’excellence internationales destinées aux ingénieurs qui effectuent leur thèse dans le Centre de Recherche de l’École,
■ Des allocations sont proposées par des organismes institutionnels : CEA, CNRS, CNES, INRA, ONERA… Les candidatures sont à déposer auprès de ces établissements qui, par ailleurs, font parvenir des propositions à l’École Doctorale dès le mois de février : vous pouvez les y consulter.

Les bourses à participation industrielle :
■ Les Conventions Industrielles de Formation par la Recherche (CIFRE) : elles ont pour objet d’aider les entreprises, lorsqu’elles embauchent un jeune ingénieur, à lui confier comme premier poste un travail de recherche. Ce travail doit être réalisé en collaboration directe avec une équipe de recherche extérieure à l’entreprise, dont le responsable encadre ce travail
sur le plan scientifique, de façon à assurer une véritable formation par la recherche.
■ Certaines entreprises peuvent proposer des bourses de recherche dans les domaines qui les concernent. Les sujets sont plus orientés vers la recherche appliquée. Il faut absolument préparer sa thèse en dehors de l’entreprise, sous peine de voir ses horizons limités (contacts, niveau scientifique…).