En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Ingénieurs des Ponts, des Eaux et des Forêts

 

Date de présentation
Mercredi 14 Novembre 2018 - 18h30, Amphi Becquerel

CLIQUEZ ICI pour accéder à la liste des élèves ayant choisi le Corps des IPEF (X2007 à X2015).

Documents projetés en Amphi de présentation
Amphi de présentation_X16
Video projetée en Amphi                ■ Brochure IPEF

Témoignages IPEF en 1er poste
Compilation de témoignages

Dossier de candidature
Téléchargez le dossier de candidature à remplir et à envoyer par courrier électronique avant le 31 janvier 2019 à Nous contacter
Téléchargez la notive explicative relative à ce dossier de candidature.

Permanence Corps des IPEF
■ Mardi 20 novembre 2018               ■ Mardis 4 et 18 décembre 2018
■ Mardis 15 et 29 janvier 2019         ■ Mardi 5 février 2019
de 12h à 15h, Salle de réunion DDCIP

Amphis Métiers IPEF
Les amphis métiers se déroulent à AgroParisTech, 19 avenue du Maine – 75014 Paris, de 18h à 19h45

■ L'objectif des présentations et des échanges est de vous permettre de mûrir votre réflexion en vu du choix de votre 1er poste
■ Pour faciliter l'organisation, il est demandé de s'inscrire sur le tableau accessible via lien ci-dessous :

https://docs.google.com/spreadsheets/d/1QrtvpHoV9zg5TX3xHfEQMq_Hhx27WOqMdKg_rSK7M9s/edit?usp=sharing

Dates et Thèmes
■ Jeudi 22 novembre ► Biodiversité et gestion des ressources naturelles
■ Mardi 27 novembre ► Energie-climat
■ Jeudi 29 novembre ► Aménagement, urbanisme et logement
■ Mardi 4 décembre ► Transports (yc aérien)
■ Jeudi 6 décembre ► Agriculture et forêt
■ Jeudi 13 décembre ► Maîtrise d'ouvrage publique, conduite de projets complexes
■ Mardi 18 décembre ► Risques
■ Jeudi 17 janvier ► Alimentation
■ Jeudi 24 janvier ► Mer et pêche
■ Jeudi 31 janvier ► Politique économique durable
■ Jeudi 7 février ► International et Europe

Entretiens Corps des IPEF
■ Mardi 12 février et 19 février 2019


Les Ingénieurs des Ponts, des Eaux et des Forêts (IPEF) constituent un corps supérieur à caractère technique relevant des ministères chargés de l’agriculture et du développement durable. Le statut du corps des IPEF est fixé par le décret n° 2009-1106 du 10 septembre 2009, qui définit notamment les domaines d’activités :
■ climat ;
■ demande énergétique ;
■ aménagement et développement durable des territoires ;
■ logement et ville ;
■ transports ;
■ mise en valeur agricole et forestière ;
■ gestion et préservation des espaces et des ressources naturelles terrestres et maritimes ;
■ alimentation et agro-industrie

Le corps des IPEF est issu de la fusion, en 2009, du corps des ingénieurs des ponts et chaussées et du corps des ingénieurs du génie rural, des eaux et des forêts.

Choisir d'être IPEF, c'est prendre plusieurs décisions à la fois:
■ mener une carrière au service de l'Etat et plus généralement de l'intérêt général ;
■ travailler dans des domaines de compétences dont les enjeux sont forts sur les plans économique, environnemental et social ;
■ s'appuyer dans ses missions sur une compétence technique affirmée et sur une connaissance du fonctionnement de l'Etat et des pouvoirs publiques.

Une carrière au service de l'intérêt général
Les IPEF ont pour vocation de devenir des cadres supérieurs et dirigeants capables d'appréhender les enjeux techniques des politiques publiques, d'organiser chaque fois que c'est utile les échanges avec la recherche et de faire vire le dialogue entre les pouvoirs publiques, les acteurs économiques et la société.

Dès son premier poste opérationnel, l’IPEF est non seulement un ingénieur compétent dans le domaine où il travaille, mais aussi un cadre qui apporte à sa structure une capacité à maîtriser les interactions avec l’environnement de celle-ci. Ceci nécessite de comprendre le fonctionnement de l’élaboration et de la mise en oeuvre des politiques publiques tant du point de vue du fonctionnement interne des pouvoirs publics que des relations avec la société (ONG, entreprises…).

Dans la plupart des postes d’IPEF cela demande aussi de prendre en compte les enjeux techniques qui entrent en interaction avec ceux dont il a la charge, et plus globalement la complexité des systèmes sociaux et environnementaux. Enfin, il est évidemment utile à l’IPEF d’avoir une connaissance du fonctionnement d’autres communautés de travail plus ou moins proches (collectivités territoriales, entreprises, recherche…).

Dans la suite de sa carrière, un IPEF sera généralement appelé à occuper rapidement des postes de responsabilité, pas forcément dans son champs de compétence technique initial. Son aptitude à comprendre, hiérarchiser et expliquer les enjeux de la structure où il travaille et sa capacité de maîtrise des interactions avec l’environnement de sa structure seront alors, dans de nombreux cas, ses compétences les plus utiles.

S’il choisit de poursuivre une carrière basée sur l’expertise, sa connaissance des modes d’élaboration et de mise en oeuvre des politiques publiques lui permettra d’apporter un appui technique plus facilement utilisable par les pouvoirs publics.

Les parcours professionnels des IPEF sont divers : ils s’inscrivent en premier lieu dans le cadre de l’État et de ses opérateurs, mais les IPEF peuvent aussi être employés en cours de carrière par des entités extérieures à l’État, organisation internationales, Union européenne, collectivités territoriales ou entreprises, dont le bon fonctionnement contribue à l’intérêt général, et auxquelles ils apportent leur maîtrise des domaines du corps et une connaissance du fonctionnement de l’État qui permet de faciliter les interactions entre celui-ci et les structures qui les emploient.

Une formation pensée pour fournir les compétences nécessaires aux ipef
Les modalités de la formation visent à leur fournir, en première année, une compétence d’ingénieur dans l’un des domaines du corps, et à apporter, en deuxième année, des connaissances facilitant leur compréhension des modalités d’élaboration et de mise en oeuvre des politiques publiques et leur prise en compte des enjeux techniques, économiques et sociaux en interaction avec leur domaine de compétence principal.

Elles ont été définies par un arrêté du 27 novembre 2009 qui prévoit une scolarité en deux ans (les élèves qui, contrairement aux polytechniciens, disposent d’un M2 dans un domaine du corps lors de leur recrutement sont dispensés de la première année) dans le cadre d’un parcours de formation individualisé (PFI) :

■ L’année 1 vise l’obtention d’un diplôme d’ingénieur, ou d’un diplôme de niveau équivalent, dans au moins l’un des domaines de compétences statutaires du corps des IPEF.
Les formations de M2 de l’ensemble des départements d’AgroParisTech et de l’École des Ponts ParisTech sont proposées en première année. Les formations sont dispensées au format « formation complémentaire intégrée » dans le cadre des conventions en vigueur. Dans ce cadre, il est possible de suivre en parallèle un M2 cohabilité par l’une des deux écoles, ce qui est fortement recommandé pour les ingénieurs élèves désirant préparer une thèse (cf. infra). Certains enseignements de la formation d’ingénieur peuvent être validés pour la formation de master, et réciproquement.

Les ingénieurs élèves peuvent aussi proposer de suivre une autre formation équivalente en France ou à l’étranger dans le cadre de leur projet de PFI. Ces formations doivent permettre l’obtention d’un diplôme de niveau M2 dans un des domaines du corps en un an. L’ensemble des frais liés à un tel choix de formation, ainsi que les formalités d’inscription, sont alors à la charge de l’ingénieur élève.

Pour les élèves qui souhaitent s’engager dans une formation doctorale, le choix de la formation de l’année 1 est essentiel pour acquérir les pré-requis scientifiques et méthodologiques et pour entamer la construction du sujet de thèse.

■ La formation de référence de l’année 2 est le mastère spécialisé « politiques et actions publiques pour le développement durable » (MS PAPDD).
Elle est assurée par des intervenants de haut niveau issus de différents horizons (enseignement supérieur, recherche, haute fonction publique, secteur public ou privé, conseil). Elle apporte :
– des compétences dans les domaines du droit, de l’économie publique et de l’entreprise, de la sociologie et des sciences politiques, de la négociation, de la prospective, de l’évaluation notamment par le choix de modules à la carte,
– l’ouverture aux principaux domaines de compétence du corps par des semaines thématiques et de courts séminaires, et l’acquisition d’une culture commune de l’action publique,
– une préparation à la prise de poste et à une posture professionnelle par des formations management et des mises en situations professionnelles concrètes et variées dont un travail en groupe de réponse à une commande réelle et une mission professionnelle de 5 à 6 mois.

Dans le cadre du MSPAPDD, les élèves originaires de l’X retrouvent les IPEF issus des autres voies de recrutement. Ainsi à la rentrée 2019, les autres recrutements sont : 9 d’AgroParisTech, 2 des ENS, 8 des autres grandes écoles scientifiques, 9 issus d’un concours interne (ingénieurs ayant déjà plusieurs années d’expérience professionnelle).

Les ingénieurs élèves peuvent proposer dans leur projet de PFI de suivre une formation différente dans le cadre de la préparation d’un premier poste demandant des compétences spécifiques ou d’une thèse. Ces propositions seront examinées au regard des orientations stratégiques du dispositif de formation des IPEF fixé par l’arrêté.

Compte tenu de l’importance du dialogue avec la recherche dans les missions du corps, les ministères employeurs acceptent que le premier poste de certains IPEF (de l’ordre d’une quinzaine par an) soit consacré à la préparation d’une thèse en trois ans. Le projet de thèse est élaboré au cours de la formation en bénéficiant d’un dispositif d’accompagnement. En plus de l’intérêt et de la valeur scientifique du sujet de thèse, celui-ci doit permettre une employabilité ultérieure dans les missions du corps, en facilitant l’interface entre les politiques publiques et la recherche.

Les objectifs de la formation des IPEF sont donc clairs. Dans ce cadre, la mise en oeuvre de la formation offre une grande souplesse, c’est pourquoi il est demandé aux candidats au corps des IPEF de réaliser un projet de PFI, dans lesquels ils décrivent leurs projets professionnels et les formations qu’ils proposent de suivre pour s’y préparer. Ce projet de PFI est ensuite la base d’échanges avec les écoles et le collège de formation des IPEF qui aboutissent à la validation d’un PFI par le comité d’orientation et de validation du corps (COV).

Le premier poste (en dehors des thèses)
Pour préparer la prise du premier poste, une liste de postes est constitué à partir des besoins des administrations et en prenant en compte, dans la mesure du possible, les principaux centres d’intérêts des élèves de la promotion. La liste comprend environ 10% de postes de plus que d’élèves. Les affectations se font ensuite à partir des préférences des élèves, en tenant compte des avis des employeurs (il n’y a pas de classement de sortie).

Ce processus permet à la très grande majorité des élèves d’obtenir son 1er, 2ème voire 3ème choix.

Les champs couverts et les types de postes proposés sont très variés :
■ sur
le positionnement : la moitié (hors thèse) en responsabilité hiérarchique comme chef ou adjoint, la moitié comme responsable de projet ou chargé de mission,
■ sur le type de structure : administration centrale, établissement public (= opérateurs de l’Etat), service déconcentré régional ou départemental;
■ sur la thématique : les X se retrouvent notamment sur les secteurs transport, environnement, énergie, climat, urbanisme, construction, numérique…

                    

                    

APT : AgroParisTech / ENS : écoles normales supérieures / GES : autres grandes écoles scientifiques
Et la suite ?
Une enquête réalisée fin 2018 montre que le 1er poste apportait une grande ou très grande satisfaction :

         

Des témoignages issus de cette enquête sont disponibles sur un document spécifique, à destination exclusive des élèves intéressés par le corps (à demander à Didier Flores, Nous contacter).

Le 1er poste dure environ 3 ans. Ensuite, chaque ingénieur est libre de postuler sur les postes qui l’intéressent au sein des ministères, de leurs services en région ou département, des établissements publics, mais aussi en collectivités territoriales, voire dans des entreprises publiques… Un départ dans d’autres champs n’est possible par la position de « disponibilité » qu’à partir de 4 années après la titularisation et est soumis à des limitations de durée.

L’engagement à servir dans le corps est de 8 ans, à compter de la titularisation, qui intervient à la prise de poste en septembre après les deux années de formation. Les périodes de disponibilité ne comptent pas dans les 8 années. En cas de démission du corps avant les 8 ans de service, il est nécessaire de rembourser une « pantoufle ». Son montant est d’environ 50K€. Il est dégressif après 3 années de service après titularisation. Il se cumule avec la pantoufle de l’X le cas échéant.

Pour plus d'information :
http://www.concours.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/IPEF_BAT_10_oc...
http://agriculture.gouv.fr
http://www.developpement-durable.gouv.fr

CONTACTS
Grégoire Jourdan
Expert IPEF auprès des DRH-MTES/MCT et MAA
Pilotage de la formation, du recrutement et de la politique d'accompagnement des parcours
Nous contacter
T. +33 (0)6 32 88 31 93

Didier Flores
Assistant de Grégoire Jourdan
Nous contacter
T. +33 (0)1 45 49 89 65

Sylvie De SMEDT
Responsable du MS PAPDD pour AgroParisTech
Nous contacter

Vincent SPENLEHAUER
Responsable du MS PAPDD pour l’ENPC
Nous contacter

AgroParisTech
Pascale Margot-Rougerie
Directrice de l'Engref
Directrice générale adjointe d'AgroParisTech
Nous contacter
T. +33 (0)1 45 49 89 07

Pont ParisTech
Gilles Robin

Directeur-adjoint de l'Ecole
Nous contacter
T. +33 (0)1 64 15 34 05

Séminaire Formation Doctorale des IPEF 2018 : fin janvier 2018