En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Ingénieurs des Mines

 

Date de présentation

■ Jeudi 14 novembre 2019 - 18h30, Amphi Becquerel

Amphi de présentation du Corps des Mines_X2016

Permanences Corps des Mines
■ Jeudis 21 et 28 novembre 2019
■ Jeudis 5 et 12 décembre 2019
■ Jeudis 9, 16, 23 et 30 janvier 2020
■ Jeudis 6 et 13 février 2020
de 12h à 14h, Espace Entreprises - Bibliothèque centrale

 

LE CORPS DES MINES

Le Corps des mines est un vivier de hauts potentiels qui apportent à l'Etat une capacité de transformation assise sur :

■ leur compétence scientifique générale de gaut niveau et de leur culture de l'innovation ;
■ leur connaissance approfondie du monde de l'entreprise ;
■ leur compréhension des enjeux internationaux ;
■ leur capacité à manager des équipes et à conduire le changement.

Les ingénieurs des mines occupent des postes d'encadrement à enjeux où les compétences scientifiques et techniques de haut niveau assurent une plus-value déterminante pour décider dans un environnement complexe.

Les politiques publiques auxquelles contribuent les ingénieurs des mines sont donc très vastes et se répartissent dans les cinq domaines d'expression suivants :
la métamorphose de l’industrie et de l’économie, via le développement de l’innovation ou des technologies nouvelles, ou la gestion de la sécurité industrielle ;
la tranformation numérique, les technologies de l’information et de la communication, leur utilisation et les services qui leur sont associés (depuis la fusion avec le Corps des télécommunications notamment) ;
l’urgence climatique et environnementale, et ses conséquences sur les choix énergétiques, l’aménagement des territoires ou les transports ;
la régulation financière (les banques, les assurances et services financiers) ;
le système de santé (aspects économique, opérationnel ou numérique).

3 profils d'ingénieurs des mines trentenaires

                
    Claire Biot                  Aloïs Kirchner               Antoine Pellion
 
Après un début de parcours au sein de l’État, de nombreux ingénieurs des mines poursuit sa carrière dans les entreprises publiques ou privées. Ils sont ainsi représentés dans la plupart des grandes entreprises nationales et dans tous les secteurs d’activité. Présents aux plus hauts niveaux de responsabilité, ils sont des acteurs majeurs du dynamisme économique et de l'innovation en France. Même s'ils évoluent au sein du secteur privé, les ingénieurs des mines restent ainsi des "ingénieurs citoyens" mobilisés pour l'intérêt général. 
 
3 profils d'ingénieurs des mines séniors
               
Sébastien Soriano      Virginie Scharw          Patrice Caine
         
Le Corps des Mines trouve également en son sein des scientifiques de renommée internationale qui participent ainsi à la recherche fondamentale et appliquée au sein d'organismes publics et privés. Les carrières de recherche font ainsi partie intégrante de la vocation du corps, qui offre la possibilité d'une formation par la recherche en aménageant la scolarité (de manière personnalisée en fonction du projet de l'élève) pour permettre l'obtention d'un doctorat en économie, gestion ou en sciences.

3 exemples de carrières d'ingénieurs des mines après un PhD

                   
   Charles-Henri              Floriane Pelon              Francis Bach
       Weymuller

           

Choisir le Corps des Mines, c’est :
■ s’engager à concourir au progrès et à un développement économique respectueux des individus comme de notre environnement ;
■ choisir une première partie de carrière au service de l’État, d’intérêt public direct sur des postes à responsabilité et en visibilité, positionnés sur des enjeux importants et actuels ;
■ accéder à une large palette de carrières possibles à l’interface entre l’État et les entreprises (dont l'entrepreneuriat) ;
■ choisir une formation professionnalisante et « cousue main », de 3 ans, ouverte sur l’entreprise et l’international ;
■ bénéficier d'un accompagnement personnalisé pour construire son début de carrièr et se développer au maximum de son potentiel ;
■ avoir accès à un réseau d'ingénieurs des mines ayant une forte expérience, et baigner dans un espace de bienveillance pour progresser au contact des autres.
Le service de gestion du Corps des mines garanti un accompagnement individualisé qui se poursuit après formation tout au long de la carrière. Il s'agit notamment d'entretiens RH (conseils stratégiques et assistance à la décision, possibilité de mise en place de coaching professionnel ou de feedbacks 360...) et d'accompagnement à la mobilité (relations suivies avec les employeurs partenaires, gestion de viviers, publication de fiches de postes,...)
 
La formation en 3 ans du Corps des Mines
La formation du Corps des Mines est fondée sur un investissement personnel approfondi, et l’acquisition de connaissances scientifiques et techniques. Elle vise à doter les jeunes ingénieurs d’une forte légitimité professionnelle et à développer chez eux la connaissance de la réalité du monde économique et des attentes de la société, ainsi qu'à les initier au fonctionnement de l’État et de la gouvernance internationale.
Elle donne aux jeunes ingénieurs une expérience approfondie de l’international qui les prépare aux enjeux de leur vie professionnelle. Elle se caractérise par un équilibre entre acquisition de compétences scientifiques de haut niveau et préparation à de futures responsabilités de décideurs.
La formation se déroule en 3 ans, et laisse une grande part aux stages et aux travaux personnels. Les deux écoles Mines ParisTech et Télécom ParisTech sont associées et participent aux différentes activités pédagogiques du cursus. La localisation principale est située dans les locaux de Mines ParisTech, 60 boulevard Saint Michel, 75006 Paris. La localisation principale est située dans les locaux de Mines ParisTech, 60 boulevard Saint Michel, 75006 Paris.
 
 
Première année
Durant le premier mois de rentrée, les élèves acquièrent des compétences directement utiles pour leur mission en entreprise telles que l’observation, les dynamiques de groupe (deux sujets plus particulièrement traités lors de la semaine de géologie dans le sud de la France), la gestion analytique, la logistique, le droit du travail, la transformation numérique ou la connaissance du secteur industriel français (lors d’une semaine de visites en région).
Puis les élèves suivent pendant deux mois des enseignements scientifiques et techniques (par exemple : Énergies, Objets connectés, Matériaux, Sécurité numérique, Sols et sous-sols, Supervision financière, Webmining). Ces cycles, qui mélangent les visites sur le terrain, le travail individuel et le travail en mode projet, visent à leur donner une connaissance approfondie d’un domaine d’intérêt du Corps des Mines. Cette période permet également aux élèves de côtoyer les promotions adjacentes, qui assistent également à ces cours.
Les élèves partent ensuite dix mois en mission en France où ils occupent des fonctions opérationnelles dans une entreprise (exemples 2019 : L’Oréal, RATP, ENGIE, TOTAL, AIRBUS, FNAC-DARTY, ALSOM… choisis par les élèves en lien avec l’équipe de la formation). Chaque élève correspond pendant cette période avec un ingénieur des mines sénior, qui  l’aide à profiter au maximum de sa période en entreprise et partage avec lui l’expérience accumulée au long d’une riche carrière. Les contacts avec l’École sont maintenus par des réunions de promotion périodiques qui permettent également aux élèves de partager et confronter leurs expériences professionnelles, la plupart du temps en format « co développement ». De plus, tout au long de l’année, les stagiaires suivent un module sur les politiques du savoir à travers des lectures partagées et fournissent un travail de réflexion, individuel puis collectif, sur un thème transverse. Ils suivent aussi des formations à distance en langues vivantes.
 
Deuxième année
Après une nouvelle période de 2 mois d’enseignements scientifiques et techniques, les élèves partent ensuite pour une mission de 11 mois à l’étranger, de préférence hors Europe à la découverte d’un pays et d’une culture nouvelles (exemples de stage 2019 : Valeo en Chine, Sanofi au Japon, Eramet au Sénégal, Jumia en Egypte ou des start-up dans les BioTech en Silicon Valley ou en optimisation énergétique en Suisse, choisis par les élèves en lien avec l’équipe de la formation).
Cette expérience se déroule, le plus souvent, dans une entreprise où l’ingénieur-élève occupe des fonctions de nature différente et complémentaire de celles de la première mission, par exemple dans des fonctions commerciales ou financières. Là aussi, ils sont en correspondance avec un ainé.
 
Troisième année
A leur retour, ils suivent un cycle spécifique de 8 mois qui s'apparente à un mélange entre un MBA (Master in Business Administration) et un MPA (Master in Public Administration) :
la partie MBA permet aux ingénieurs-élèves de capitaliser sur leurs deux années d’expérience en entreprise et de pouvoir, à l’avenir, très facilement décrypter les rouages des acteurs économiques et, ainsi, activer les leviers d’action les plus pertinents ;
la partie MBA leur permet en parallèle de maîtriser le fonctionnement de l'administration.
Une grande partie de ses cycles se caractérisent par deux fondamentaux :
les visites sur le terrain occupent une place importante, avec par exemple en 2019 une semaine de visites en Chine sur le thème de l’intelligence artificielle (l’édition 2018 ayant eu lieu dans la Silicon Valley), ainsi qu’une semaine de visites sur le thème du développement durable organisée par les élèves ;
l'implication des élèves qui ont à leur main l’organisation de plusieurs cycles et peuvent, ainsi, convier les personnalités qui les inspirent le plus (suivi d’une loi, cycles jeunes itinéraires, grands patrons ou personnalités politiques par exemple).
La troisième année est également jalonnée par des modules spécifiques de développement personnel les aidant à se préparer à leurs futures responsabilités de managers et de leaders (suivi individualisé pour développer l’aisance à l’oral, communication, négociation, media training, formation aux pitchs, connaissance de soi…).
Pendant cette période et durant environ un tiers du temps, ils préparent un mémoire en binôme sur un sujet d’intérêt et d’actualité pour la fonction publique (par exemple l’autoconsommation énergétique, l’intelligence artificielle dans la finance ou la politique spatiale européenne). C’est l’occasion de se confronter, au moyen de multiples entretiens avec les acteurs concernés, à des questions de politiques publiques techniques, économiques ou sociales.
 
La parole aux ingénieurs qui ont vécu cette formation
 
Candidature
Le recrutement se fait sur classement à l’issue de Polytechnique (10 places).
D'autres voies d’entrées viennent compléter la promotion en première année : concours spécifique à la sortie des écoles normales supérieures (2 places), de Mines ParisTech ou Télécom ParisTech (2 places). Des concours dédiés permettent aussi à des ingénieurs ayant déjà une expérience au sein de l’administration ou une thèse de doctorat d’intégrer le corps des mines en troisième année (4 places environ).
Afin d’aider les polytechniciens à choisir au mieux leurs orientations professionnelles, des entretiens sont organisés avec le service des ressources humaines du corps des mines.
Ces entretiens visent notamment à vérifier la compatibilité du projet professionnel de l’élève avec les missions du corps des mines.

CLIQUEZ ICI pour accéder à la liste des élèves ayant choisi le Corps des MINES (X2007 à X2014)

 

CONTACTS

Catherine Lagneau

Directrice adjointe de Mines ParisTech,
Direction de la formation du Corps
 

Godefroy Beauvallet

Chef du service du Conseil général de l'économie (RH du corps)

 

Le service RH du corps assure une permanence bi-mensuelles entre ocotbre et février à l'Espace Entreprises de la BCX pour échanger avec les élèves. Il est également possible de rencontrer les personnes de ce service sur rendez-vous.