Aller au contenu principal

La recherche d'aujourd'hui pour l'énergie de demain : exposition au mus'X

 
Réduire notre dépendance aux énergies fossiles est un enjeu à la fois environnemental, humain et géopolitique sur lequel les chercheurs se penchent depuis de nombreuses années.
 
Le photovoltaïque a progressé ces dernières années tant en réduction de prix des installations qu’en production. Il est maintenant compétitif avec le nucléaire. L’éolien a aussi une très forte potentialité. Les gens l’apprécient mais certains trouvent les éoliennes laides, et bruyantes. Leur déploiement en mer est dans ce contexte une solution d’avenir. Au Royaume-uni cela représente déjà 13 % de la production totale d’électricité.
Mais le photovoltaïque et l’éolien sont des sources d’énergie intermittentes. Pour faire face à ce problème, il faut affiner les outils de prévision météorologiques, créer des réseaux de distribution plus flexibles, et être capable de stocker l’énergie.
Les batteries sont un moyen de stockage très flexible, mais leur coût reste élevé. La diffusion des véhicules électriques pourrait mettre en service un parc considérable de batteries qui pourraient servir de système de stockage diffus.
Il existe d’autres solutions de stockage : dans certains barrages on peut pomper l’eau d’un réservoir inférieur vers un réservoir supérieur lorsqu’il y a surplus de production d’électricité.
Ce type de stockage représente l’essentiel des capacités de stockage d’énergie électrique dans le monde. On peut aussi utiliser des cavités souterraines pour y conserver des gaz sous pression. L’énergie solaire thermique peut être stockée sous forme de sel fondu. Une autre possibilité est de produire et stocker de l’hydrogène, d’autant plus que les usages de l’hydrogène décarboné se multiplient dans la mobilité, mais aussi dans l’industrie.
Parallèlement à la recherche sur des sources propres, il est également important de travailler sur une utilisation efficace de l’énergie. Des progrès significatifs ont été accomplis dans le domaine de l’éclairage (qui absorbe plus de 10 % de la production mondiale d’électricité).
L’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments pourrait également permettre une réduction significative de la consommation.
Il reste encore beaucoup à faire dans les transports, responsable de 25 % des émissions de gaz à effet de serre, proportion qui ne fait qu’augmenter compte tenu d’une demande croissante de mobilité et de la forte dépendance de ce secteur aux énergies fossiles.
Des progrès sont réalisés tous les jours : ils concernent autant la production des énergies renouvelables que leur stockage, l’utilisation plus efficace de l’énergie ou la gestion de sa distribution, le coût des solutions envisagées… De nombreuses recherches sont en cours, certaines près de chez vous. Quelles sont nos ressources et où en est-on dans la recherche pour les énergies de demain ? C’est ce que plusieurs laboratoires de recherche travaillant dans ce domaine s’efforcent d’expliquer au travers de cette exposition.

Cette exposition est mise en perspective avec les collections historiques du mus'X liées aux domaines de l'énergie, avec par exemple, la première pile, l'un des premiers modèles de condensateur électrique, une oeuvre de Raoul Dufy sur la "Fée électricité", etc.

Laboratoires sollicités pour cette exposition :
Institut Pierre Simon Laplace, LMD, LIMSI, CREST, Ladhyx, IPVF, PMC, PICM, I3, LMS, LPP, Chaire Énergies Durables École polytechnique - EDF

Contributeurs :
Jordi Badosa, Vincent Bourdin, Pascal Hémon, Erik Johnson, Daniel Lincot, Lucio Martinelli, François Ozanam, Jacques Peretti, Jean-Pierre Ponssard, Michel Rosso, Daniel Suchet, Alexis Tantet, François Willaime.
Coordination :
Anne-Marie Dujardin

 

Lieu, dates et horaires de l'exposition
Mus'X, salle d'exposition temporaire du musée de l'École polytechnique.
Niveau -2 de la bibliothèque centrale.
École polytechnique
Route de Saclay, Palaiseau.

 

Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 17h.
Du 4 avril au 20 décembre 2022.