En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Générer pour la première fois un rayonnement ultra-bref de manière contrôlée à l'aide d'un plasma

Des événements, tels que l’ionisation d’un atome ou le passage d’un électron d’un état d’excitation à un autre, se déroulent sur des échelles de temps typiques de l’ordre de l’attoseconde (un milliardième de milliardième de seconde). Pour les observer en direct, on doit pouvoir produire des impulsions lumineuses d’une durée comparable afin de « saisir » l’évolution du phénomène, à la manière d’un obturateur photographique. Jusqu’à présent, il n’existait qu’une manière d’obtenir des impulsions aussi brèves, en excitant par laser les électrons d’un gaz. Ces derniers émettent alors une impulsion dans le domaine de l’extrême ultraviolet (X-UV). Mais ce procédé a des limites et, pour observer certains phénomènes, les chercheurs auraient besoin de sources encore plus brèves et surtout plus énergétiques. Voilà pourquoi de nombreuses équipes se sont tournées vers la physique des plasmas, cet état de la matière extrêmement chaud et dense, constitué d’ions et d’électrons.

L’équipe menée par le LOA est la première à avoir obtenu des impulsions attoseconde dans l’X-UV de façon reproductible en contrôlant l’excitation d’un plasma par des électrons accélérés dans un champ laser. Pour y parvenir, les chercheurs ont d’abord dû développer une source laser très performante, permettant d’atteindre des éclairements mille à dix mille fois supérieurs à ceux utilisés dans les milieux gazeux, et délivrant un millier d’impulsions par seconde d’une durée de l’ordre de quelques femtosecondes chacune (10-15 seconde). De plus, cette source est stabilisée en phase : toutes les impulsions générées sont identiques les unes par rapport aux autres. Les chercheurs sont parvenus à focaliser toute la puissance lumineuse du laser sur une tache d’un peu plus d’un micron de diamètre à la surface d’une cible en silice. La matière de la cible est ainsi transformée en un plasma de densité comparable à celle d’un solide. Dans ce plasma, les électrons sont fortement accélérés par le champ électromagnétique produit par le faisceau laser. Lorsqu’ils traversent le plasma, ils excitent au sein de celui-ci des mouvements collectifs de charges produisant alors un rayonnement X-UV que les chercheurs ont pu observer et analyser à l’aide d’un spectromètre. 

Ces travaux devraient déboucher sur une source de rayonnement énergétique dont pourront se servir physiciens et chimistes pour sonder les processus électroniques dans la matière avec une résolution temporelle dans le domaine attoseconde. Pour l’heure, les chercheurs prévoient d’améliorer encore leur source laser afin de produire un rayonnement encore plus bref et à plus courte longueur d’onde (dans le domaine des rayons X), en guidant de manière contrôlée le mouvement des électrons dans le plasma qui se déplacent à des vitesses proches de celle de la lumière.

En savoir plus : A. Borot, A. Malvache, X. chen, A. Jullien, J.-P. Geindre, P. Audebert, G. Mourou, F. Quéré and R. Lopez-Martens, Attosecond control of collective elec, Nature Physics 8, 416 (2012)

Lire le communiqué de presse #2537 du CNRS