En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site, à des fins de mesure d'audience et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Vincent Martigny, Dire la France

 

Presses de Sciences-Po, 2016, 276p. http://www.pressesdesciencespo.fr/fr/livre/?GCOI=27246100157160

 

Présentation:
 
Depuis près d'une décennie, la controverse sur l’identité nationale déchire les familles politiques, divise le monde intellectuel et embrase la société française. La généalogie de cette obsession identitaire est peu connue. Elle est pourtant révélatrice d’une histoire oubliée, lorsque dans les années 1980, l’ambition politique de dire la France faisait rimer culture et identité nationale.
Comment la culture est-elle devenue à cette époque un enjeu majeur, jusqu’à constituer le socle du récit national ? Tirant un fil qui revisite les grandes heures de la politique culturelle sous François Mitterrand, remémore le combat contre l’antiimpérialisme américain, traverse les politiques du « droit à la différence » et leur remise en cause pour s’achever avec la bataille de l’exception culturelle en 1993, Vincent Martigny ressuscite l’atmosphère d’une décennie cruciale pour déchiffrer les querelles contemporaines de l’identité.
 

Sommaire :

 

Introduction

 

PREMIÈRE PARTIE – LA CONSTRUCTION DU RÉCIT CULTUREL NATIONAL (1968-1981)

 

Chapitre 1 – L'émergence des enjeux culturels et identitaires

Nation et culture dans la République gaullienne

L’essor de l’enjeu culturel

L’avènement de la question identitaire

Culture(s) et identité nationale à gauche : la naissance d’un tandem

 

Chapitre 2 – La gauche et l’adversaire américain

Antiaméricanisme culturel, guerre froide et « résistance nationale »

La critique de l’impérialisme culturel

L’antiaméricanisme comme enjeu politique au parti socialiste

L’anti-impérialisme culturel dans la campagne de 1981

 

Chapitre 3 – La culture comme symbole de l’alternance

Le PS, la culture, la nation en 1981

La Révolution française dans le récit de l’alternance

La cérémonie du Panthéon et l’invention de la tradition

La culture comme marqueur du nouveau récit national

 

DEUXIÈME PARTIE – LE RÉCIT CULTUREL SOCIALISTE (1981-1986)

 

Chapitre 4 – La promotion de la culture nationale

L’éloge du « fait français »

Trois politiques emblématiques

 

Chapitre 5 – Pluralisme culturel et droit à la différence

Socialisme et libéralisme culturel

L’ouverture aux cultures étrangères

Pluralisme culturel et droit à la différence : vers un ministère des cultures

Les modalités du droit à la différence

 

Chapitre 6 – Vers un antiaméricanisme culturel d’État

L’ambiguïté de l’antiaméricanisme culturel

La conférence de Mexico

Anti-impérialisme, libéralisme, universalisme : les contours d’un antiaméricanisme original

La lutte contre le franglais

 

TROISIÈME PARTIE – LES MUTATIONS DU RÉCIT NATIONAL (1986-1995)

 

Chapitre 7 – Du clivage au consensus culturel

Politique culturelle : les étapes d’une convergence

Consensus culturel et dissensus identitaire

La contre-attaque identitaire de la droite

 

Chapitre 8 – Récit national et retour de l’idée républicaine

Le renouveau républicain dans la vie politique

La résurgence du républicanisme dans le champ intellectuel

Le bicentenaire de la Révolution française : une célébration hybride

 

Chapitre 9 – Le temps de l’exception culturelle

Les ressorts du consensus culturel

Le ralliement de la droite à la politique culturelle

Le nationalisme linguistique des lois Toubon

Du consensus à l’union sacrée : la bataille de l’exception