En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Communiqué de presse (in french) (Moscow 2013)

"L’ascension du laser vers la physique subatomique, et ses applications : les programmes IZEST and XCELS - Ambassade de France à Moscou, 26 Avril 2013

"Environ 80 scientifiques français, russes, et de nombreux autres pays, se sont réunis à l’ambassade de France à Moscou afin de discuter d’un nouveau paradigme expérimental en physique des particules, non plus basé sur les interactions avec d’autres particules, mais sur les lasers de très grande intensité.

A l'issue de cette rencontre, réalisée sous l’impulsion de la plateforme de recherche internationale IZEST [1] de l’Ecole Polytechnique, deux mémorandums d’entente ont été signés sous la présidence de l’Ambassadeur de France, monsieur Jean de Gliniasty. Le premier entre IZEST et IAP, le second entre IZEST et le MEPhI, université des technologies nucléaires. Les signataires étaient les représentants de l’Ecole Polytechnique (Guillaume Petite), de l’IAP (A. Litvak, directeur) et du MEPhI (M. Strikhanov)."

Et pour les connaisseurs :

Environ 80 scientifiques français, russes, et de nombreux autres pays, se sont réunis à l’ambassade de France à Moscou afin de discuter d’un nouveau paradigme expérimental en physique des particules, non plus basé sur les interactions avec d’autres particules, mais sur les lasers de très grande intensité.

A l'issue de cette rencontre, réalisée sous l’impulsion de la plateforme de recherche internationale IZEST [1] de l’Ecole Polytechnique, deux mémorandums d’entente sous la présidence de l’ambassadeur de France, monsieur Jean de Gliniasty. Le premier entre IZEST et IAP, le second entre IZEST et le MEPhI, université des technologies nucléaires. Les signataires étaient les représentants de l’Ecole Polytechnique (Guillaume Petite), de l’IAP (A. Litvak, directeur) et du MEPhI (M. Strikhanov).

Pour en savoir plus :
Les lasers ont en effet augmenté leur puissance de façon considérable pour atteindre le pétawatt, ou environ 1000 fois la puissance du réseau électrique mondial. Les scientifiques étaient donc réunis pour étudier la possibilité d’augmenter cette puissance d’un facteur de 103-106 afin d’aller dans la gamme exawatt- zettawatt.

Jusqu’à ce jour, les lasers ont été essentiellement utilisés pour explorer la physique atomique. Les lasers ultra intenses de l’exawatt au zettawatt permettront d’étudier la physique subatomique, c.à.d. nucléaire, des particules et du vide. Si le 20ème siècle a été le siècle des particules, le 21ème siècle pourrait devenir le siècle des photons, même pour la physique fondamentale, s’étendant jusqu'à l’étude des hautes énergies, l’astrophysique, la cosmologie, la matière et l’énergie noire. Avec l’accroissement des puissances laser la journée était aussi consacrée aux applications scientifiques, avec l’accélération de particules par laser, la génération de protons relativistes, de neutrons, de neutrinos, etc.… mais aussi aux applications sociétales, avec la transmutation des déchets nucléaires et médicales comme la protonthérapie ou la pharmacologie nucléaire.

Cette réunion a permis de discuter des grands projets en cours et futurs qui pourraient nous permettre d’atteindre la gamme de puissance exawatt (1018 W) - zettawatt (1021W). Les scientifiques ont été attentifs au projet russe XCELS [2] porté par l’Institut de Physique Appliquée de Nizhny Novgorod (IAP). Celui-ci est un des 6 projets mégascience russes. XCELS pourrait atteindre 0.2 Exawatt. IAP pourrait être candidat au 4ème pilier du programme ELI (Extreme Light Infrastructure) de l’Union Européenne.

IZEST a présenté une nouvelle approche reposant sur la compression des impulsions longues produites par les lasers existants comme le laser Mégajoule et le National Ignition Facility (NIF) ainsi que le développement de composants optiques nouveaux basés sur les plasmas qui ne souffrent pas des problèmes de dommages (optique sans dommage). D’autres infrastructures comme celles d’ELI étaient aussi décrites.
L’industriel Français Thalès Optronique a présenté le laser PW BELLA récemment livré au laboratoire américain LBL à San Francisco, démontrant la vitalité de l’industrie laser dans le monde.
’industriel Français Thalès Optronique présentait le laser PW BELLA récemment livré au laboratoire américain LBL à San Francisco, démontrant la vitalité de l’industrie laser dans le monde.

Au cours de cette journée étaient présents :
• Andrei Foursenko, conseiller du Président V. Poutine pour l’éducation et la science ;
• Igore Fedioukine, Vice ministre de l’éducation et de la science ;
• Vladimir Kvardakov, vice-président du Fonds Russe pour la Recherche Fondamentale ;
• Serguei Bagayev, Académicien et membre du Praesidium de l’ASR, directeur de l’Institut de Physique des Lasers de Novossibirsk;
• Gennady Miesiats, directeur de l’Institut de Physique générale Lebedev (FIAN) et Vice-président de l’ASR ;
• Mikhail Strikhanov, recteur de l’Université nationale de recherches nucléaires (MEPhI, Moscou) ;
• AleksandreLitvak, Directeur de l’Institut de Physique Appliquée (IAP) de Nijnii Novgorod;
• Aleksandre Sergeev, directeur adjoint de l’Institut de Physique appliquée de Nijnii Novgorod.

Coté français,
• Jean de Gliniasty, ambassadeur de France en Fédération de Russie, et Madame de Gliniasty ;
• Guillaume Petite, adjoint scientifique à la Direction de la Recherche de l’ Ecole Polytechnique ;
• Thierry Massard, directeur scientifique de la DAM du CEA ;
• Daniel Malys, représentant du CEA en Russie,
• Philippe Dubuisson, conseiller nucléaire à l’ambassade ;
• Denis Levaillant, directeur du département laser de Thalès Optronique.

Parmi les scientifiques étrangers,
• Ruxin Li, directeur du Shanghai Institute of Optics and Fine Mechanics ;
• Pisin Chen, Stanford-SLAC, directeur du Cosmology Center, Taipei (Taiwan) ;
• Sarukura Nobuhiko, Institute of Laser Engineering, Osaka University

L’ infrastructure ELI était représentée par
• F. Gliksohn, ELI-NP ;
• N. Zamfir, Bucharest (RO) ;
• L. Lerhner et K. Osvay (ELI-Hongrie).