En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Management des technologies de rupture dans le cadre d’une double incertitude marché et écosystème : le cas du véhicule autonome

Présentation de l'interviewé : Depuis décembre 2017, Théodore De CAMPIGNEULLES, est doctorant à i3-CRG, sur le thème du véhicule autonome, sous la direction de Christophe Midler et Rémi Maniak. Diplômé en 2015 de Sciences Po Bordeaux, j’ai ensuite suivi le Master 2 « économie de l’innovation et veille sectorielle » de l’Université de Bordeaux au cours duquel j’ai produit une étude technologique, règlementaire et financière du véhicule autonome. Suite à mon stage chez Thales Avionics en propriété intellectuelle, principalement sur les systèmes embarqués, je me suis orienté vers le Mastère spécialisé « innovation et transformation » de Centrale Paris pour acquérir des compétences plus « pratiques » et applicables au monde de l’entreprise, comme le design thinking, le design to cost et le lean management. J’ai eu l’occasion de les mettre en pratique lors de mon stage chez Spring Lab, agence de conseil en innovation et transformation numérique à Toulouse, avant de partir un an en VIE chez ArcelorMittal sur un projet de transformation numérique au niveau européen. J’ai souhaité m’orienter vers une thèse afin de satisfaire une envie de création et de production qui allie recherche et monde de l’entreprise

Sur quel projet travaillez-vous actuellement ?

Ma thèse portant sur le véhicule autonome, je m’intéresse pour l’instant à l’implication de cette thématique sur l’innovation dans l’entreprise au sens large. Néanmoins, deux axes d’analyse sont étudiés. Le premier concerne l’impact que le développement du véhicule autonome va avoir sur l’organisation de l’entreprise, notamment sur les processus d’innovation et d’organisation. Le second, davantage macroéconomique, s’intéresse au changement que le développement et la commercialisation d’un tel objet (et service) connecté va avoir sur le business model d’un constructeur automobile. C’est un sujet stimulant dans la mesure où c’est un champ en plein développement, à l’impact majeur sur de nombreuses parties prenantes et dépendant fortement du numérique.

Quelles évolutions voyez-vous pour ce projet ?

Ce projet de recherche, en partenariat avec Renault-Nissan et l’Institut de la Mobilité Durable, va permettre d’affiner les connaissances et d’en développer de nouvelles en matière de management de l’innovation liées au véhicule autonome. Dans cet objectif, j’ai la chance de pouvoir m’appuyer sur le travail déjà réalisé par les chercheurs et d’anciens doctorants du CRG, les travaux effectués par les étudiants du master PIC et, enfin, la longévité de la relation entre i3-CRG et Renault-Nissan.

 

Profil linkedin : https://www.linkedin.com/in/theodore-de-campigneulles/

Propos recueillis par Marie Claude Cléon