En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Des impressions responsables

 
Afin de de s'inscrire dans une démarche responsable au niveau de ses impressions, l'X s'appuie sur :
  • un parc d'une soixantaine de multifonctions Toshiba
  • la solution Papercut déployée au début de l'année 2020
  • la responsabilitation des utilisateurs de l'école
  • le recyclage du papier (sacs dédiés à disposition dans chaque service)
  • le recyclage des toners (cartons dédiés mis à la disposition sur demande par l'équipe Environnement de Benoît Lavigne)
 
Certaines bonnes pratiques permettent de réduire l’impact environnemental de l’impression et être en conformité avec les engagements RSE (responsabilité sociale de l’entreprise) :
  • Choisir un papier recyclé et à faible grammage : les agences de l'environnement recommandent un papier certifié FSC ou PEFC (non blanchi au chlore), au grammage allégé (60 à 80 g/m2 au lieu de 90g).

Une tonne de vieux papier permet de fabriquer 900 kg de papier recyclé. Ainsi, il faut trois fois moins d’énergie, vingt fois moins d’arbres et cent fois moins d’eau pour fabriquer la même quantité de papier recyclé que de papier non recyclé. Chaque feuille de papier recyclé permet d'économiser 1 litre d'eau, 2,5Wh d'électricité et 15 g de bois. Le papier recyclé n’encrasse plus les têtes d'impression, comme c’était le cas auparavant. 

  • N'imprimer que ce qui est nécessaire et utile : les e-mails, en principe, ne s'impriment pas, sauf à sélectionner l'essentiel pour des correspondances administratives.
16 % des documents imprimés ne sont jamais lus. Les impressions oubliées sur l'imprimante ou jetées sans être lues représentent 400 millions d'euros chaque année. Par ailleurs, 25 % des documents sont jetés cinq minutes après leur impression.
Il en va de même pour les pages web. Il est possible de ne sélectionner que les textes utiles. Pour les plans d'accès, la bonne pratique éco-responsable consiste à transférer le document électronique vers son smartphone ou d'activer ce dernier en mémorisant la ou les pages de recherche utiles, sans les imprimer.

La plupart du temps, une copie en format PDF sera plus facile et plus rapide à archiver sur son ordinateur plutôt qu’un document papier. Il est d’ailleurs possible « d’imprimer » directement en mode PDF (en rajoutant un module PDF, comme PDF Creator dans la liste d’imprimantes), y compris depuis son navigateur Internet.

  • Imprimer en recto/verso : mathématiquement, c'est 50% d'économie de papier !
  • Optimiser le format et le nombre de pages : on peut également utiliserle mode multi pages en imprimant plusieurs pages sur une face, en « taille réduite ». 

Le choix de la police de caractères* et de la largeur des marges peut faire également économiser beaucoup de pages s’il s’agit d’un dossier volumineux. La fonction « aperçu avant impression » permet de le vérifier très vite. 

  • Imprimer en noir & blanc : la couleur est souvent superflue. Or le paramétrage, par défaut,des impressions en noir & blanc est possible, ainsi que la fonction « mode brouillon »

* En 2014, à l’âge de 14 ans, le collégien américain Suvir Mirchandani s’est penché sur l’impact des polices d’écriture sur la consommation d’encre. Partant du constat affolant que l’encre coûte deux fois plus cher au litre qu’un flacon de parfum luxueux, le collégien a comparé la consommation d’encre des principales polices d’écriture grâce à un logiciel afin de les classer. Ayant constaté que la police Garamond était peu consommatrice, il a conseillé à son collège de modifier la police utilisée sur ses documents, avec à la clef… 21 000 dollars d’économie !

Encouragé par la fondatrice d’une revue dans laquelle il avait publié ses recherches, Suvir Mirchandani a calculé les coûts qu’engendrerait un changement de police d’écriture au niveau de l’Etat fédéral : selon lui sur les 467 millions de dollars que dépense l’Etat américain en cartouche, choisir la police Garamond permettrait de réaliser 30% d’économie soit 136 millions de dollars par an !

Source : https://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/03/30/20002-20140330ARTFIG00076...