En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Séminaire du CMAP

Séminaires passés  -  Comment venir

 

Décembre 2019


Mardi 3 décembre

10h15     Céline Grandmont (Inria Paris)    
11h15     Ana Bušić (Inria Paris)

 

Mardi 17 décembre

11h-12h Colloquium Cyril Nicaud (Univ. Paris-Est)

 

Janvier 2020


Mardi 7 janvier

10h15     Marc Briane (INSA de Rennes) - Perte d’ellipticité en élasticité linéaire 2D par homogénéisation et application en élastodynamique     
11h15     Timothée Pouchon (EPFL)     

Résumé de M. Briane : Dans ce travail en collaboration avec Gilles Francfort (Université Paris 13) nous obtenons un résultat d’homogénéisation en élasticité linéaire 2D pour la convergence faible des déplacements, d'un matériau à deux phases dont l’une n’est pas très fortement elliptique. Dans le cas particulier du laminé à deux phases de même fraction volumique étudié par Gutiérrez (1990), dont le tenseur homogénéisé n’est pas fortement elliptique dans la direction perpendiculaire à la lamination, l’équation d'élastodynamique homogénéisée associée permet d'obtenir des ondes planes transversales à l’exclusion d'ondes planes longitudinales.

 

Mardi 21 janvier

10h15     Constantin Vernicos (Univ. de Montpellier)
11h15     Ingrid Lacroix-Violet (Univ. de Lille)

 

Février 2020


Mardi 4 février

11h-12h  Colloquium Sylvie Boldo (Lab. de Recherche en Informatique d'Orsay)
    

Mardi 25 février

10h15     Marie Doumic (Inria Paris)
11h15

 

Mars 2020


Mardi 10 mars

10h15     Emmanuel Audusse (Univ. Paris 13)     
11h15    

 

Mardi 17 mars

11h-12h Colloquium Dominique Tournès (Univ. de la Réunion)Modélisation et simulation numérique avant l’ordinateur

Résumé de D. Tournès : L’exposé s’appuiera sur trois travaux importants de mathématiques appliquées réalisés  avant l’apparition de l’ordinateur : Francis Bashforth et l’action capillaire (1883), Carl Størmer et les aurores boréales (1907), Georges Lemaître et les rayons cosmiques (1936). Ces situations présentent toutes les caractéristiques de ce que nous appelons aujourd’hui modélisation mathématique et simulation numérique. Dans les trois cas, on rencontre plusieurs représentations d’un phénomène physique qui se valident mutuellement et qui, considérées dans leur ensemble, constituent un modèle du phénomène. Par ailleurs, les scientifiques impliqués ont été amenés à créer par eux-mêmes des méthodes originales – numériques, graphiques et instrumentales – pour traiter les systèmes complexes d’équations différentielles apparaissant dans leurs recherches. Ces nouvelles méthodes de calcul ont contribué de manière essentielle à la naissance de l’analyse numérique en tant que discipline mathématique autonome dans la première moitié du vingtième siècle.

 

Avril 2020


Mardi 21 avril

10h15     Guillaume Lecué (Ensae)     
11h15

 

 

Les organisateurs : Antonin Chambolle, Lucas Chesnel et Lucas Gerin