En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Extraction d’eau lunaire

Extraire l’eau une fois sur place s’avère alors devenir un point crucial dans ce domaine. C’est pourquoi, dans le cadre de cette étude, notre réflexion s’est tournée vers les méthodes ISRU (In Situ Resource Utilisation) qui sont actuellement en pleine expansion car elles concernent notamment les projets de colonisation et d’exploration martienne. En effet, le prix d’envoi d’un kilo d’eau dans l’espace étant encore de plusieurs dizaines de milliers d’euros, en emporter le moins possible avec soi afin d’en extraire une fois sur place devient une nécessité pour diminuer le coût des missions spatiales. Pour des missions plus lointaines comme la colonisation de Mars, cet enjeu est vital puisqu’il devient alors nécessaire de se procurer de l’eau in situ. 

Nous avons alors de travailler sur la conception et la réalisation d’un nouveau foret plus complexe afin de résoudre les problèmes de sélectivité d’échantillon et de levage. Dans l’optique de fournir des premiers résultats concrets, l’étude est actuellement axée sur la construction intégrale d’une foreuse capable d’extraire sélectivement une couche de régolithe à une profondeur spécifique, en s’insérant dans le sol par rotation de sa coque externe filetée.